caserdos

C’est ce qu’on a coutume d’appeler une trouvaille. En triant et rangeant des papiers, je suis tombé sur l’esquisse de ce qui aurait dû être un épisode de ma pièce « L’Amour ça sert d’os ».

Comme je l’ai déjà expliqué (http://mikaelpetit.canalblog.com/archives/2013/07/08/27595851.html), « L’Amour ça sert d’os » prenait son titre de la dernière pièce de la série, mais celle-ci fut écartée par les comédiens, qui ne la jugèrent pas assez comique. J’écrivis alors une autre histoire en catastrophe pour clore le spectacle, intitulée « Gare ! ».

Comme on s’en doute, cet accouchement de dernière minute ne se fit pas sans douleur et, avant d’envoyer Gabrielle et Michel attendre un train en compagnie d’un fort excentrique voyageur, j’essayai bien d’autres possibilités. Le texte suivant en est une.

Dans cette histoire, Michel est invité par son oncle paysan, pour discuter d’une maison de famille, dans le voisinage, dont il doit hériter. Bien entendu, il emmène Gabrielle avec lui sans prévenir personne, ce qui n’est jamais très bien vu… Mais ceci n’est rien en comparaison avec ce qui les attend là-bas !

D’évidentes difficultés de mise en scène me firent assez rapidement renoncer à cette idée (comment, avec nos faibles moyens, figurer correctement un paysage de campagne et une maison hantée ?... Remarquez, on a bien réussi à reproduire sans trop de mal l’ambiance d’une boîte de nuit.).

En relisant ces quelques dialogues, il me semble que cela aurait pu donner un épisode assez amusant, et c’est pourquoi je vous le livre aujourd’hui… Qui sait ? En cas de plébiscite, peut-être écrirai-je la suite ?

Ah, une dernière précision : inutile de chercher dans ce blog l’intégrale des pièces de « L’Amour ça sert d’os ». Je veux bien me faire piller un peu, cela m’arrive certainement beaucoup, mais hors de question que cela soit à la folie et devienne une passion !... Tout au plus, vous trouverez également : http://mikaelpetit.canalblog.com/archives/2011/11/26/22810727.html

En outre, j’ai beaucoup de projets pour « L’Amour ça sert d’os », comme pourquoi pas, une autre représentation, ainsi qu’une publication en recueil…

En attendant, petit jeu : essayez de trouver un titre à l’histoire qui suit !

 

 

GABRIELLE

MICHEL

L’ONCLE DE MICHEL

LA MELANIE

 

La Mélanie : Il n’aurait jamais dû venir !

L’Oncle : C’est mon petit-neveu ! Comment veux-tu que je l’en empêche ?

La Mélanie : Au moins, il vient seul, c’est déjà ça…

 

*****

 

Gabrielle : Pourquoi, mais pourquoi ai-je accepté de venir ?

Michel : Pour me faire plaisir ! Je n’avais aucune envie d’y aller seul…

Gabrielle : Ouais… Tu es vraiment sûr que ça ne dérange pas, au moins ?

Michel : Qui veux-tu déranger, voyons ?

Gabrielle : Je ne sais pas… Ton oncle aurait pu préférer te voir seul, non ? En plus, je vais encore passer pour ta nana… Tu n’as pourtant pas besoin de donner le change, cette fois-ci, il me semble.

Michel : Non, non… Rien à voir avec mes parents !

Gabrielle : Mmmh… Alors, il n’a rien dit ? Rien demandé non plus ? Pourtant, les paysans, c’est plutôt farouche, je crois !

Michel : Il n’a rien demandé, non…

Gabrielle : Tu lui as juste dit que tu venais passer quelques jours avec une amie, et c’est tout ?

Michel : Ben, pas tout à fait…

Gabrielle : Ah ?... Quoi, alors ?

Michel : Je me suis dit qu’une surprise… Il est si seul… Cela lui fera forcément plaisir.

Gabrielle : Il… Ton oncle ne sait pas que je viens ? J’ai bien compris, là ?

Michel : Il sera ravi, je te dis !

Gabrielle : Pourquoi il faut que ça tombe sur moi ?... Tu peux me le dire ? Pourquoi tu me réserves toujours tes plans pourris ?

Michel : Hé, du calme ! Pour commencer, en matière de plans pourris, c’est plutôt toi qui aurait des leçons à me donner… Ensuite, il aurait pu refuser, va savoir…

Gabrielle : C’est bien justement !... Et s’il refuse de me recevoir, on fait quoi ? Du camping sauvage ?

Michel : À partir du moment où tu es là, il ne peut pas refuser. En plus, il doit me voir absolument.

Gabrielle : Pourquoi ?

Michel : Nous devons parler d’une vieille maison de famille dont je dois hériter. Elle est inhabitée depuis des années. Il faut qu’on sache qui va s’en occuper.

Gabrielle : Ah, parce qu’en plus, vous devez régler des affaires de famille ? Ça non plus, je ne savais pas !

Michel : Bien entendu. Là, c’est toi qui aurait pu refuser. Alors…

Gabrielle : Si je te dis : « enfoiré manipulateur », ça te va ?

Michel : Oui, merci.

Gabrielle : De rien. C’est un plaisir.

Michel : Allez, détends-toi ! On va bien s’amuser, tu vas voir ! Je te parie tout ce que tu veux que tu vas adorer le coin.

Gabrielle : Ce que je veux ?... M’étonnerait. Ce que je veux, c’est Cléopâtre, Madonna et Marilyn en petite tenue dans mon lit. Enfin… Je suppose que je pourrai toujours me contenter de lutiner les filles de ferme…

Michel : Pourquoi pas ? Ne déclenche pas d’émeute, c’est tout ce que je te demande. Je n’ai aucune envie qu’ils nous étripent et jette nos cadavres en pâture aux chauves-souris !

Gabrielle : Très cher, tu n’as rien à me demander… Je compte bien faire tout que je veux dans ce bled de… C’est comment, le nom, encore ?

Michel : Trépaney.

Gabrielle : Ah, oui, Trépaney… Sans anesthésie, je suppose ?

Michel : On ne me l’a jamais faite… Et si tu veix savoir, le nom de la maison, c’est le Creux Dormant. Sympa, non ?

Gabrielle : Hyper sexy !

 

*****

 

L’Oncle : Ah, euh… Oui, la maison. C’est-à-dire qu’il y a comme un problème, avec la maison.

Michel : Quoi, la Maison ? Elle n’est pas hantée, quand même ?

L’Oncle : Ben…

Michel : Ben quoi ?

L’Oncle : Euh… Si. Elle est hantée. Il y a un fantôme au Creux Dormant, Michel !

 

*****

 

Michel : Aaaaah !!!

Gabrielle : Hein ? Quoi, qu’est-ce qui se passe ?

Michel : Y a un truc qui m’a frôlé la jambe !... C’est…

Gabrielle : Qu’est-ce que c’est ?

Michel : C’est… Euh… Je crois que c’est une fougère…

Gabrielle : Tu nous fais frôler la crise cardiaque pour une fougère ?... Bon sang, Michel, si on s’en sort vivants, je jure de te tuer !

 

*****

 

Si vous souhaitez vous replonger dans les notes complémentaires à la pièce, pour prolonger l’univers si attachant de « L’Amour ça sert d’os » (tiens, si j'en faisais une bédé, aussi ?), c’est ici : http://mikaelpetit.canalblog.com/archives/2010/06/23/18406551.html